Actualité/événement | contactez-nous

ACTUALITÉS

Témoignage Yacine CHIBANI M1 Manager Business Developer

Yacine CHIBANI est actuellement en M1 Manager Business Developer. Il a intégré l’ICL en Bachelor en 2016 à l’issue d’un BTS MUC réalisé en formation initiale. Il est actuellement en alternance au sein de la société France BOISSONS.

 

Comment as-tu connu l’ICL ?

J’ai connu l’ICL sur un salon, j’ai pris une brochure et ai relancé l’ICL.  J’ai retenu l’ICL pour la proximité avec les intervenants que j’ai rencontrés.  C’était moins « usine » : moins d’élèves donc plus de communication.

 

Qu’est-ce que t’a apporté l’ICL durant ton année de Bachelor ?

La possibilité de développer mes compétences commerciales, humaines et personnelles, car nous avons la possibilité d’avoir des cours qui se basent sur le développement personnel, l’élocution que nous devons avoir dans le monde du travail, et les bonnes manières à avoir dans le monde professionnel.

En cours de marchés publics par exemple, l’intervenant nous apprend à avoir des techniques de négociation et à avoir un caractère ouvert pour appréhender le monde professionnel.

 

Pourquoi poursuivre en M1 ?

J’ai voulu atteindre au moins un Master 2, mais surtout en alternance pour allier théorie et pratique.

De plus, je me sentais bien dans ma promo de B3, nous avons créé un noyau dur avec mes collègues, il y a une bonne ambiance et j’y suis à l’aise.

 

Qu’as-tu réalisé comme mission en alternance ?

En B3 en alternance, j’ai été commercial itinérant pour les restaurateurs chez un fabricant industriel de lave-vaisselle (MEIKO). J’ai aimé cette mission de commercial.

Cela fait une grosse différence de passer du stage en BTS, à l’alternance ! En stage, l’entreprise nous considère comme « le stagiaire » mais dans le sens négatif, alors qu’en alternance j’ai eu d’autres missions et ai  été considéré comme un salarié de l’entreprise à part entière. On m’a donné de la confiance, on m’a formé sur le côté humain, commercial et du coup j’ai vraiment apprécié.

 

Quel enseignement a pu t’aider ?

En cours de négociation où l’on nous demandait de nous présenter en introduction, d’être à l’écoute, d’argumenter et de conclure. J’ai pu effectivement mettre cet enseignement en application directement. J’ai  assimilé les cours de théorie que j’ai mis en pratique dans l’entreprise.

 

Comment as-tu trouvé ton entreprise d’alternance ?

Tout seul. La recherche a été complexe. J’ai trouvé par Internet. J’ai eu avoir un bon feeling avec la responsable et ça a fonctionné. J’avais reçu des offres de postes mais qui ne correspondaient pas à mes attentes.

Cette année j’ai changé d’entreprise, je suis chez France Boissons, commercial itinérant B2B sur une région. J’ai trouvé « France Boissons » sur alternance.fr. Je me suis présenté physiquement avec mon CV et cette démarche a fonctionnée !

Le contact humain est important donc cela a été ma démarche, sur les conseils de mes précédents collaborateurs et de l’ICL.

 

Qu’est ce qui te plait le plus aujourd’hui à l’ICL ?

La proximité entre les intervenants et les étudiants et la possibilité de s’épanouir personnellement et professionnellement dans ce cadre d’études au travers des cours et des mises en pratiques.

Les soirées organisées entre étudiants en dehors sont également importantes, cela permet de s’aérer l’esprit, de décompresser.

 

Quel est le module qui t’as le plus apporté ?

Le cours de négociation qui permettent de maitriser la communication verbale et non verbale en numéro 1 et  le cours de marchés public en numéro 2 qui permet d’adapter son comportement dans des relations commerciales.

Les modules qui se pratiquent sur le terrain.

 

Est-ce que l’intervenant fait le module ?

Oui bien sûr. C’est la personnalité de l’intervenant qui fait que j’apprécie le cours et me sens davantage impliqué.

 

As-tu participé aux ateliers de coaching ?

Oui en sessions individuelles avec point sur CV et une aide pour rédiger correctement les lettres de motivation.

 

Est-ce qu’avant de faire de l’alternance tu avais conscience des enjeux pour l’entreprise ?

Je n’avais pas trop idée non… Mais aujourd’hui grâce à l’alternance j’ai pris conscience que toute entreprise à des enjeux stratégiques.

 

As-tu trouvé le rythme difficile ?

Oui surtout au début ! Je suis commercial itinérant, je conduisais 2 à 3 h par jour donc j’ai accumulé une certaine fatigue à la fin de la semaine. Apres quelques mois, on s’adapte puis on trouve son rythme.

 

Un mot qui qualifie ICL :

Proximité !

 

Mettre l’accent sur l’alternance est-ce important pour toi?

Oui c’est ce qui permet aux jeunes, d’avoir une expérience professionnelle, a validé un diplôme reconnu par l’état et d’allier théorie et pratique. Quand j’ai quitté mon B3, j’ai été contacté par environ 15 cabinets de recrutement pour me proposer des emplois ! Mais j’ai souhaité poursuivre jusqu’en Bac+5. Lorsque l’on vous appelle pour vous proposer un emploi c’est très valorisant.

 

As-tu une anecdote à raconter sur l’ICL ?

En cours de marchés publics l’intervenant nous montrait par des exemples pratiques comment avoir confiance en ses collègues… Il nous a donc fait faire un test de confiance qui consiste à faire monter sur une table un des camarades de promo et de lui demander de se jeter dans le vide. Bien évidemment les autres étudiants étaient en dessous pour le rattraper. Cela a été un exercice marquant, permettant d’augmenter la confiance que nous pouvons avoir auprès des autres.

 

Quelles sont les valeurs que tu as trouvé ?

La proximité et l’ouverture.

 

Qu’est-ce que tu as trouvé à l’ICL que tu n’as pas trouvé ailleurs ?

Sur le marché des écoles de commerce, toutes les écoles essaient de privilégier l’alternance. A l’ICL se sont réellement les ¾ des étudiants qui sont en alternance. L’ICL favorise l’employabilité !